Actualités

June 5, 2016

Réunion ARTI-HACA Des radios privées citoyennes et de service public le 03 juin 2016

Une réunion de travail et de réflexion a été tenue entre la HACA (Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle) et ARTI (Association des Radios et Télévisions Indépendantes), le vendredi 3 juin 2016 à la demande des professionnels des radio privées.

Kamal Lahlou a remercié, à l’ouverture de la rencontre bipartite, la HACA et son DG M. Jamal Eddine Naji pour la réactivité et la disponibilité dont a fait montre cette institution, sitôt saisie.

Le Président de l’ARTI, relayé par les autres membres ont salué la compréhension dont font montre tous les décideurs, gouvernants et instances de contrôle et de régulation, depuis la fête du dixième anniversaire de la libéralisation de l’espace audiovisuel national. Caractérisée par la fondation de la CARTI (Confédération Africaine des Radios et Télévisions Indépendantes), une initiative qui valorise l’expérience spécifiquement marocaine sur le plan continental, en matière de droit et de liberté d’expression. Ces dix années ont réclamé des sacrifices énormes de la part des investisseurs, qui ont honoré le cahier de charges destiné à couvrir la majorité du territoire national et procéder à former et à éduquer le citoyen à la liberté d’expression, au débat contradictoire et à la démocratie. Ces sacrifices sont reconnus par la HACA qui s’est félicitée, en tant qu’organe de contrôle participatif et non coercitif en rendant hommage aux radios Indépendantes pour avoir unifié leur action et parlé désormais d’une seule voix, à travers ARTI. Car les défis à relever réclament beaucoup de professionnalisme à un moment où l’information revêt de nouvelles caractéristiques, dont celle du savoir techno-médiatique que le Maroc maîtrise à travers ses chercheurs et son université. En plus, le Maroc s’apprête à aborder une nouvelle ère, dès la prochaine rentrée politique avec de nouvelles lois et une nouvelle configuration législative. D’où la nécessité d’une véritable mise à niveau, exposée par les professionnels des radios privées sans langue de bois, à un moment où certaines radios sont menacées d’asphyxie et de dépôt de bilan au vu des redevances, des locations d’antennes et de la concurrence déloyale du secteur public et semi-public.

En plus des demandes de nouvelles licences, et du droit d’émettre provisoire -provisoire qui risque de s’éterniser !- dans un marché de publicité hyper-saturé.

Uncategorized

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *